Enquête confinement et décrochage scolaire – Avril 2020

Enquête confinement et décrochage scolaire – Avril 2020

Enquête menée par SynLab en Avril 2020 auprès de 1001 enseignants

https://syn-lab.fr/resultats-de-notre-enquete-confinement-et-decrochage-scolaire/

Selon les enseignants, 20% des élèves sont désengagés de leur scolarité depuis le début du confinement ; 30% en éducation prioritaire

Dans un contexte de réouverture progressive des classes prévu à partir du 11 mai, l’association SynLab a lancé une enquête auprès des enseignants pour comprendre leur perception du désengagement et des risques de décrochage de leurs élèves. 

Pour Florence Rizzo, co-fondatrice et co-directrice de l’association SynLab, “ Ces chiffres confirment l’ampleur du signal d’alerte. Le risque est fort de perdre une génération à cause d’un décrochage scolaire massif. Les enseignants sont notre première ligne éducative ! Il est donc urgent de soutenir nos 900 000 enseignants pour relever cet immense défi.

Les “décrocheurs du confinement” viennent grossir les rangs des élèves en risque de décrochage 

1/ Selon les enseignants interrogés, un élève désengagé est un élève qui ne prend pas part aux activités proposées par l’enseignant ou un élève et avec lequel il a un faible niveau de communication : 

  • Près de 20% des élèves ne paraissent pas engagés dans la scolarité depuis le début du confinement ; ils seraient 30% des élèves en collège REP et en lycée professionnel ; 
  • Par ailleurs, 40% de ces élèves désengagés n’étaient pas identifiés par leurs enseignants comme des élèves à risque de décrochage avant le confinement.  

2/ Plus la situation dure, plus le risque est grand puisque 39% des enseignants pensent que le désengagement de leurs élèves a augmenté depuis le début du confinement.

3/ Les raisons du désengagement avancées par les enseignants sont d’abord l’absence de sens à travailler (75% des enseignants la citent), les mauvaises conditions de travail et le manque de matériel numérique (cités par 56% des enseignants). 

Pour répondre à ce défi inédit, les enseignants sont en demande d’appui 

Pour remobiliser ces élèves désengagés au moment du retour en classe, les enseignants expriment, outre des besoins en termes de moyens humains et de temps disponible, des besoins d’appui en compétences pédagogiques (motiver les élèves, revenir à des habitudes de travail en groupe classe, individualiser le soutien aux élèves en fonction de leurs niveaux, …). Ils ont aussi besoin d’être reconnus et soutenus afin d’exercer au mieux leur mission. 

 Il est urgent d’agir vite pour limiter les risques d’un décrochage massif. 

L’ampleur de la situation nécessite un effort de soutien inédit aux enseignants, pour qu’ils soient en mesure d’affronter au mieux les difficultés à venir : 

  • Accompagner un nombre record d’élèves fragiles en personnalisant les propositions pédagogiques
  • Favoriser la socialisation tout en faisant respecter les gestes barrières et de distanciation sociale
  • Soutenir des élèves ayant révélé des fragilités psychologiques
  • Gérer un groupe classe avec une partie des élèves présents et d’autres scolarisés à distance 

Il reste seulement trois mois pour se préparer collectivement à réussir une rentrée scolaire hors norme. 

Pour François Dubet, sociologue« ce travail est très instructif et peu contestable. L’enquête confirme ce qu’on pouvait attendre sur les risques de décrochage. »

Consulter l’intégralité de l’enquête

Consulter le dossier de presse 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :