Ce que la continuité pédagogique nous apprend de l’école

Ce que la continuité pédagogique nous apprend de l’école

Article de “The Conversation” paru le 19 Mai 2020, écrit par Jean-François Cerisier, Professeur de sciences de l’information et de la communication, Université de Poitiers publié sous Licence Creative Commons CC-BY-ND

https://theconversation.com/covid-19-ce-que-la-continuite-pedagogique-nous-apprend-de-lecole-138340

Le premier des points abordés dans cet article est, tout comme le souligne Laurent TESSIER dans “Regard de chercheur sur la continuité pédagogique et l’enseignement à distance” la nécessité d’un bilan de cet épisode afin d’avoir un retour réflexif sur les déplacements professionnels opérés et les prospectives à envisager à moyen et long termes.

L’article souligne par ailleurs la mobilisation des enseignants, des élèves, des parents mais aussi des différents services et opérateurs de l’Etat mais pointe en outre :

  • un manque de formation à l’ingénierie techno-pédagogique des enseignants ;
  • un déficit de compétences d’utilisation du numérique des enseignants mais aussi des élèves et de leurs parents ;
  • des aléas techniques, les services numériques n’étant pas dimensionnés ni conçus fonctionnellement pour répondre à l’ampleur et à la nature des besoins ;
  • des difficultés scolaires antérieures d’une partie des élèves, dans un système éducatif où la massification ne rime pas avec la démocratisation…

Les enseignants utilisant auparavant des pédagogies intégrant le numérique ont su les adapter au distanciel mais la grande majorité des enseignants auraient “par mimétisme”, transposer à distance un apprentissage qui aurait du se faire en classe.

D’autres formes d’espace temps sont donc à envisager, tout comme il nous faut également questionner l’autonomie des élèves quant à la gestion et l’organisation des diverses tâches à accomplir.

Il semblerait enfin que la pandémie n’a fait qu’accentuer une fracture numérique déjà existante et qu’une partie non négligeable d’enseignants se soient joué des directives institutionnelles pour utiliser massivement des ressources répondant à leurs besoins mais non compatibles avec le respect des données personnelles.

Pour conclure, trois points positifs à tirer de cette situation exceptionnelle durant depuis plus de deux mois :

  • les enseignants ont su réinventer le quotidien et ont fait preuve de créativité pour assurer un enseignement repensé, point d’appui de pratiques futures ?
  • tout cela n’aurait été possible sans la collaboration des parents qui ont su prendre et faire le relais pour assurer la continuité pédagogique ;
  • la montée en puissance des collectifs – qu’ils soient nés ou aient été amplifiés par la pandémie – dont les propositions ont soutenu l’action éducative.

A noter également que cette fin d’année ne ressemble à aucune autre, l’hétérogénéité du paysage éducatif français (certaines écoles ouvertes, d’autres fermées, élèves décrocheurs, etc.) demandant de s’adapter à des situations en perpétuelles mutations.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :